A  U  T  O  U  R    D  U    L  I  E  U


1    9    6    3

Ma couleur intérieure



Je suis rouge


Les daltoniens me confondent avec la verdure


Plante sans racine marchante


Troène taillé en donzelle


Mur de luzerne découpé en femme


Dressée contre tout et l'ensemble


Je m'oppose verte mais au fond rouge


Très rouge je le répète incroyablement rouge

Autour du lieu,

Librairie galerie Racine, 2008

isbn : 2-243-04375-0

 

        Madeleine Novarina a commencé dès sa jeunesse à écrire des poèmes, dont un seul nous est resté, « La clé de mes chimères », fait à Lyon sous l'occupation quand elle avait dix-neuf ans. À partir de 1965 elle éprouva le besoin d'y revenir. Elle composa un recueil qu'elle intitula Autour du lieu, qu’elle écrivit entre 43 et 46 ans.

« À l'époque où elle écrivit ces poèmes, Madeleine Novarina fit des centaines de dessins à l'encre de Chine émanant de sa libido en perpétuelle effervescence, au rythme de deux ou trois par jour. C'était très amusant de la voir, en un tournemain, donner naissance sur d’innombrables bouts de papier aux images des diverses femmes qui étaient en elle, l'amoureuse, la rêveuse, le joueuse, la complice des enfants, la batailleuse, l'inquiète, l'insouciante, la moqueuse ou l'anticonformiste. »


Sarane Alexandrian

Autour du lieu, Éditions Librairie Galerie Racine, Paris, 2008. Préface de Sarane Alexandrian, postface de Christophe Dauphin.

isbn : 2-243-04375-0

Le Désir sexuel fait le vide autour des amants




Quand le loup regarde à la loupe


Son féminin transparent


La fourrure du désert blanc ondule


Sous la vague sablière

La rêverie féminine

ou la veilleuse de nuit, 1967 collection Christophe Dauphin

Mme Portosex subit les effets du porto sec

Encore la corvée du ménage




Je tambouillonne


Tu m’écirages


Elle vaissellise


Nous surrécurons


Vous empailledeferisez


Ils mirauzenzimisent

Le Lit enchanté




Sous l’édredon mauve les dormeurs respirent


En se donnant la main


L’œil rouge de Mercédès n’a pas cillé


Vingt-quatre vingt-cinq degrés de luxe


Le cube de la mansarde flotte dans l’espace du rêve


Très loin


Ils sont allés à leur propre recherche


Redéfinir leur sexe

La voyante, 1968

Amoureuse arrivant sur un pas de danse, 1965

Le Couple, 1966

La Cénaphore, 1967

La Protectrice, 1968

Une Femme bouleversée, 1968

Pour Sarane, 1969

Retour en haut de pagehttp://madeleine-novarina.com/MN/Poemes.html#

La Nourrice des poissons, 1968

Tête de ligne, 1968

La Cueillante, 1967

PrésentationPresentation.html
Période IPeriode_I.html
Période IIPeriode_II.html
Période IIIPeriode_III.html
Poèmeshttp://www.madeleine-novarina.com/MN/Poemes.html#
BiographieBiographie.html
DocumentsDocuments.html

Site réalisé par Virgile Novarina en 2011